Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:35

21 octobre 1680, une lettre de cachet, datée de Versailles et signée par Louis XIV et Colbert, consacre la naissance de la comédie française.

Elle à plus de trois siècles, son répertoire est riche de 2700 pièces de théâtre.

C’est une histoire des arts évidemment, les sculpteurs, peintres. Le théâtre de la comédie française est meublé d’œuvres d’art, dans les couloirs, foyers, bureaux on retrouve de nombreux tableaux surtout des portraits, ils célèbrent l’art des poètes du XVIII eme siècle, des sculptures représentant auteurs et acteurs du passé.

La comédie française raconte son histoire à travers la troupe.

Place au théâtre

En introduction, une œuvre de Claude Verlinde décorateur, pour le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux 1978

Présentation d’une maquette, il s’agit du plan de la salle.

Sur un mur une série de masques, la créatrice est Annie Marandin (coiffeuse, maquilleuse).


ACTE 1 :


1680, fondation de l’institut au XVII eme siècle, des troupes sillonnent la France, elles sont Italiennes, Espagnoles, françaises, l’une d’elle s’établie à Paris

Le genre dramatique s’établit au XVII eme siècle  à l’hôtel de Bourgogne et les pièces à machines à l’hôtel du Marais.

1658, Molière et sa troupe font irruption protégés par le roi.

Quelques tableaux :

" Les gélosi " fin XVI eme début XVII eme, anonyme, peinture sur cuivre.

" Agnan à la laide trogne et sa troupe " fin XVI eme anonyme. Huile sur panneau de chêne

"Les farceurs dansants " de Pieter Jansz Quast vers 1660, huile sur panneau

" Mademoiselle Beauval " (son nom jeanne-Olivier Bourguignon, actrice ayant interprétée plusieurs pièces de Molière), anonyme 1650, huile sur toile

" Les farceurs français et italiens depuis 60 ans ", anonyme, daté de 1670

comedie française farceurs

" Floridor ", attribué à Charles Beaubrun, vers 1647, huile sur toile.

" Baron "par François de Troy 1720, huile sur toile.

" Mademoiselle Champmeslé "  dans le rôle d’Atalide  ou Roxane, anonyme entourage de Van Loo, huile sur toile

" Montfleury" d’Antoine Durand 1645, huile sur toile. Ce portrait a beaucoup joué en scène, jusqu’à une période récente (dans la machine à écrire 1955).


Sous le signe de Molière :

C’est Lagrange, homme de confiance qui dirige la troupe, metteur en scène, après une faillite il relève la Comédie Française, la vie de Molière est émaillée de batailles littéraires et dramaturgiques.

L’Ecole des femmes 1662, Tartuffe 1664, Don Juan 1665

Présentation du fauteuil de Molière et de sa montre sous vitrine.

Le registre de Lagrange, permet de connaître la vie de la troupe, il renseigne sur la composition de celle-ci, les dates de représentations, les pièces représentées, les recettes enregistrées. Il existait  des jetons de présence, quelques répliques sont présentées.

Nous avons le portrait  de Molière dans le rôle de César, par Mignard vers 1667,

comedie fmolière

un autre Molière par Charles Antoine Coypel vers 1734, et un par l’atelier de Pierre Mignard vers 1658.


ACTE II

L’institution et ses demeures :


 C’est la réunion de deux troupes, elles investissent le théâtre Guénégaud, aménagé dans l’ancien Jeu de Paume jusqu’en 1770. Après ils s’installeront dans la salle des machines du Palais des Tuileries en attendant la construction de leur nouveau théâtre qui sera inauguré en 1782.

1791, suites aux troubles révolutionnaires, la troupe s’installe salle Richelieu et y seront définitivement en 1799.

Un tableau : " La France couronnant Corneille et Racine ", d’Alexis Joseph Mazerolle en 1879, dessin et lavis sur papier.

Une esquisse pour le plafond de la Comédie Française d’Albert Besnard en 1902, huile sur toile

" Une esquisse pour le rideau de fer " d’Hector Jean-Baptiste d’Espouy en 1906, huile sur toile

Une autre d’Olivier Debré en 1987.Huile sur toile

Une maquette de l’établissement est présentée.

Une toile représente le théâtre au XVII eme siècle, avec spectateurs assis sur la scène,   il s’agit d’une gouache sur papier, préparé pour un éventail. Anonyme.

Plan de la coupe des théâtres des français, rue des Mauvais Garçons, XVIII  eme ,aquarelle et encre.

Décor d’une tragédie de Charles de Wailly aquarelle vers 1782.

Achèvement de la construction du théâtre français, 1790 de Mérimée

" Un entracte à la Comédie Française un soir de première " 1885, par Edouard Joseph Dandan, il s’agit d’un portrait de groupe à l’orchestre de la Comédie Française avec le monde littéraire et artistique de 1880. Nous voyons : Edouard Thierry, Jules Claretie, Octave feuillet, Dumas fils, Emile Augier, Victorien  Sardou, Charles Garnier, Edouard Pailleron , Camille Doucet, au second plan : Jean Richepin, Emile Zola, Ernest Renan, Albert Wolff, Hyacinthe  Halanzier, Ernest Meissonnier, Georges Ohnet, , Francisque Sarcey, Alphonse Daudet, Henri de Bornier, Ernest Legouvé, Arsène Houssaye, Théodore de Banville, Charles Gounot, Denormandie père, Abraham Dreyfus, Amand Sylvestre, au fond Emile Perrin, Jules Grévy dans la loge présidentielle.

" La bataille d’Hernani " Victor Hugo peint par Albert Besnard 25 février 1830, encre, craie, pastel sur papier marouflé en 1909

comedeie hernani

" Le foyer du public de la Comédie Française ", de Gaston de Latouche, vers 1900, huile sur panneau de bois parqueté.

Talma, comédien, après avoir été exclu en 1791, il réintègre la comédie française en 1799 il était l’acteur préféré de Napoléon qui admirait son jeu.

Le glaive de Talma 1825 en métal doré, strass. Inscription sur le fourreau, de face " Elleston to his Esteemed friend Talma A.D " 1825, de dos"Henry Osborn Sword Manufacturex Bordesley Near Buckingham ". Les mêmes figures sont représentées sur les deux faces du glaive : tête de lion, soleil orné d’une tête de lion au centre, personnage vêtu  à la Romaine, tenant un glaive à la main

Talma méditant le rôle de Sylla par David d’Angers marbre blanc de 1837. (Sylla est un des derniers rôles que Talma a interprété à la comédie française, il lui donna la possibilité de rendre hommage à Napoléon (son modèle pour la coiffure).

talma represente napo

Toge de tragédie ayant appartenue à Talma, elle est rouge avec des broderies d’or en forme d’étoiles début XIX eme.


ACTE III

Le répertoire des œuvres et des hommes :

Totalité des œuvres au français, œuvres de Molière, Corneille, Racine.

Une galerie des bustes du XVIII eme siècle, célébration du patrimoine littéraire de la Comédie française. En 1770, les comédiens éprouvent la nécessité de meubler d’œuvres d’art leur nouvelle salle en construction, c’est le patrimoine littéraire, le répertoire qu’ils choisissent d’illustrer par une collection de bustes représentant les grands auteurs du XVII et XVIII eme siècle.

Le buste de Molière par Houdon en marbre daté de 1778

molière buste par houdon

Celui de Corneille par Jean-Jacques Caffieri dans le rôle d’Alexandre en 1777, celui de Racine par Simon Louis Boizot 1779 il est dans le rôle de Bérénice, un autre de Corneille

Une perruque pour chien créée pour les fables de La Fontaine.  

Corneille par Jean-Jacques Caffieri daté de 1779 en terre cuite.

Voltaire par Houdon en 1781, Crébillon par Jean-Baptiste d’Huez en 1778, Alexis Pinon par Jean-Jacques Caffieri en 1775, Jean-François Regnard par Jean-Joseph Foucou en 1779

Rotrou par Jean-Jacques Caffieri en 1783 marbre, Dufresny par Auguste Pajou 1781, De Belloy par Jean-Jacques Caffieri en 1785, Nivelle de la Chaussée par Jean-Jacques Caffieri en 1785, Destouches par Pierre François Bernier en 1781.

Au sol ,une citation correspondant à chaque auteur.

Les toiles :

"Lekain dans le rôle de Gengis Khan", (l’orphelin de la Chine de Voltaire), "Madame Duclos dans le rôle d’Ariane" de Lenoir, "Corneille" par Largillière, "Rachel dans le rôle de Camille" (Horace de Corneille) par Dubufle en 1830.

"Mademoiselle Raucourt" dans le rôle d’Aggripine par Adèle Romany en 1812 ; "Préville dans le rôle de Mascarille", (l’étourdit de Molière) par Van Loo vers 1760 ;" Dazincourt "par Joseph Bouton vers 1795, gouache sur ivoire ; "Mademoiselle Vestris dans le rôle d’Electre", par Simon Bernard Lenoir vers 1778;

Crébillon, buste en marbre : sur le socle de face Prosper Jolyot de Crébillon, par Jean-Baptiste Cyprien d’Huez 1778.

 

Le répertoire, un passeport pour l’éternité :

Auteurs romantiques :

Buste de Dumas père par Henri Chapu 1876.

"Alfred de Musset" par Eugène Lami 1841 dessins aux deux crayons

"Un autoportrait d’Alfred de Vigny", encre  sépia, dessin à la plume en 1825 ;

Victor Hugo par Alexandre Falguière, buste en plâtre (pièce improvisée en une nuit), vers 1890. Après utilisation de ce buste pour la cérémonie du centenaire de Victor Hugo en 1902, les comédiens du français décident de le faire fondre en bronze de crainte qu’il ne soit brisé.

Des manuscrits :

Manuscrit autographe d’Hernani, Victor Hugo.

Dont un du souffleur, manuscrit de la folle journée ou le mariage du Figaro, 1784 Pierre-Augustin Carton de Beaumarchais 1784.

Une toile représentant "Dancourt" peint par Gabriel Gence 1704 ;  " Le déjeuner du caveau" (Panard, Piron et Collé) par Etienne Jeaurat 1729-39

"Portrait de Beaumarchais" par Nattier, huile sur toile 1773, "Thenard ainé dans le rôle de Figaro" (Le mariage de Figaro, Beaumarchais) par Henri-Pierre Danloux 1808 ;

Suzanne Lalique a réalisée le costume de Jean Piat pour le mariage de Figaro en 1958

'Portrait de Marivaux' par Van Loo, huile sur toile, daté de 1753.

'Diderot' par Claude Bornet 1763, pastel marouflé sur toile.

Autre tableau, 'Jean-François Ducis tirant l’horoscope au jeune Talma', huile sur toile, daté de 1833 par Louis Ducis.

Le comité de lecture :

2700 pièces 1000 auteurs depuis 1680,

Octave Mirbeau par Rodin 1874, marbre en haut relief exécuté par Victor Peter, tête émergeant d’un bloc de marbre blanc.

Une toile de Gaston Thys d’après François Joseph Heim " une lecture à la comédie française "  vers 1830, huile sur toile datée de 1887.La maison du Roy avait commandé à Heim en 1827, plusieurs tableaux où devaient figurer les membres de différentes sections de l’Institut. Ce tableau était en cours lors de la Révolution de juillet (1830). Les dessins préparatoires, conservés, ont servi vingt ans plus tard à la réalisation du tableau  définitif, exposé au salon de 1847.

Un autre tableau "Une lecture au comité en 1886 "par Henri-Adolphe Laissement.

 Lecture de Francillon (Alexandre Dumas fils) le 4 novembre 1886


ACTE IV  

 L’histoire d’une troupe dès 1681:

Les traditions de jeu se transmettent d’acteurs à acteurs, quelques portraits :


Le répertoire tragique :

Les portraits

"Brizard dans le rôle d’Œdipe" ( Œdipe chez Admète, Jean-François Ducis) par Louis Ducis, huile sur toile.

"Madame Thenard dans Hermione" (tiré d’Andromaque de Racine, par Adèle Romany, vers 1800, huile sur toile.

"Madeleine Roch" par Paul Franz Namur, 1904 huile sur toile ;

"Lucinde Paradol dans le rôle d’Idamé" (L’orphelin de Chine de Voltaire) par Sébastien Dulac 1827 huile sur toile.

"Charlotte Desmares en costume tragique" de Coypel vers 1720, huile sur toile.


Le comédien dans son emploi :

Un marbre de Rachel dans le rôle de Phèdre de Racine par Duret 1845, statue en marbre assise

rachel buste de phedre

Un marbre de Mademoiselle Mars dans le rôle de Célimène (du Misanthrope de Molière) par Thomas  1845, statue en marbre assise.


Le répertoire comique :

"Léon Bernard dans le rôle de Monsieur Jourdain" (le bourgeois gentilhomme de Molière) par Lucien Jonas 1927, huile sur toile.

"Talbot dans le rôle d’Harpagon" (l’Avare de Molière) par José Frappa 1896, huile sur toile.

"Grandmesnil dans le rôle d’Harpagon" par Jean- Baptiste Désoria en 1817, huile sur toile. 

"Denis d’Inès dans Harpagon" par Max Moreau 1922, huile sur carton.

Régnier dans le rôle de Scapin (les Fourberies de Scapin de Molière) par Lorsay 1848, huile sur toile.

 Cécile Sorel dans le rôle de Célimène  (Le Misanthrope de Molière) par Lucien Pallez 1913, buste en plâtre patine beige.

"Coquelin cadet dans le  rôle  de Thomas Diafoirus"  (le malade imaginaire)par  Muller vers 1877 huile sur toile.

"Coquelin ainé  dans le rôle de Mascarille" (précieuses ridicules) par Jean Georges  Vibert. Vers 1874, huile sur toile.

"Gustave Worms dans le rôle de Don Carlo" (Hernani V. Hugo), vers 1880 huile sur panneau de Albert Pierre René Maignan.

 

Crispins :

Crispins a inventé le rôle et le caractère.

"Raymond Poisson dans le rôle de Crispin" vers 1680, huile sur toile de Théodor Netscher

"Arnould Poisson dans le rôle de Crispin" par Cherfils en 1730 pastel.

"Monrose père de Crispin"  en 1862 par Auguste Pichon, huile sur toile.

"André Brunot dans le rôle de Crispin", par Jean Bédorez, 1908, huile sur toile.


Répertoire romantique :

Les artistes se sont fait faire  leurs portraits comme les dames de la société.


"Mademoiselle Anaïs" par Scheffer en 1833, huile sur toile

"Mademoiselle Nathalie" par Eugène Devéria en 1834, huile sur toile.

"Emilie Guyon" par Thomas Couture en 1855, huile sur toile.

"Gustave Worms dans le rôle de Don Carlos" (Hernani de Victor Hugo)  en 1880 huile sur panneau.

"Raphael Duflos dans le rôle de  Don Carlos" de Victor Hugo, par Léon Comerre vers 1887 huile sur toile.

"Fréderic Febvre, dans le rôle de Saltabadil" dans le roi s’amuse de Victor Hugo, par Jules Garnier vers 1886, huile sur panneau.


Les grands comédiens :

Révolutions dramatiques, portraits manifestes, texte :


"Adrienne le Couvreur dans la mort de Pompée" de Corneille, par Coypel et dans le rôle de "Monime" (Mithridate de Racine) par de Troy vers 1723, huile sur toile.

"Lekain dans le rôle d'Orosmane" (Zaïre de Voltaire), vers 1770, de Simon Bernard Lenoir.

lekain en orosmane

"Mademoiselle Dumesnil dans Aggripine "(Britannicus de Racine) de Donat Nonnotte, 1754 huile sur toile.

"Madame George dans le rôle de Camille" tiré d’Horace de Corneille, par Lagrenée.

"Talma dans Néron" (Britannicus de Racine) par Eugène Delacroix 1856, huile sur toile.

"Talma dans Hamlet" (Hamlet de Ducis) toile de Lagrenée., 1810 huile sur toile.

 Larive dans le rôle de Brutus ,( la mort de César de Voltaire) il s’agit d’un buste en marbre daté 1784 par Houdon.


Les portraits à la ville :

Portraits mondains


"Fleury", par François Pascal Simon, baron Gérard 1795, huile sur toile.

"Dugazon", par Henri Pierre Danloux, 1787, huile sur toile.

"Jeanne Samary", de Renoir en 1877, huile sur toile.

melle samary par renoir

"Jeanne Samary", de Carolus-Duran vers 1885, huile sur toile.


Les comédiens en scène :


Scènes de la vie et du théâtre de Molière : "Brécourt et Armande Béjart dans les rôles d’Argan et Bellini" (le malade imaginaire, Molière), vers 1690-1700 ; sanguine.

Auteurs, acteurs de la Comédie française par Fesch en 1720

Présentation d’un ensemble de 8 gouaches, représentant les comédiens français du XVIII eme siècle, vers 1770, miniatures sur parchemin, gouache, encre sur vélin.

Ces gouaches sont mises à l’ovale et présentées dans un cadre doré intitulé " chef, auteur, acteurs, actrices de la comédie française "

" Brizard   dans le rôle d’Agamemnon" (Iphigénie en Aulide, Racine) » gouache, encre et rehauts d’or sur vélin.

" Mademoiselle Clairon " gouache, encre et rehauts d’or sur vélin.

" Voltaire " gouache, encre sur vélin.

" M de Richelieu " gouache, encre sur vélin.

" Mademoiselle Dumesnil dans le rôle d’Hermione " (Andromaque, Racine) gouache, encre sur vélin.

" Lekain dans le rôle de Tancrède " (Tancrède, Voltaire) gouache, encre sur vélin.

"Préville dans le rôle de la Rissole " (le mercure galant ou la comédie sans titre de Boursault) gouache, encre sur vélin.

" Mademoiselle Doligny dans le rôle de Victorine "(Le philosophe sans le savoir de Sedaine) gouache, encre sur vélin.

Quelques dessins de Rachel, Talma


comedie f image

 


Le relais de la photographie

Des photos de comédiens et d’acteurs.

La photographie au XX eme siècle remplace la peinture, la sculpture, elle facilite la diffusion de l’image.


Les parures :

Rachel : comédienne, elle entre au théâtre Français en 1838, son interprétation des héroïnes de tragédies de Racine, Voltaire, Corneille la rendent célèbre.

Rachel dans le rôle de Roxane (Bajazet de Racine), par Achille Devéria vers 1850 ; huile sur toile.

Rachel dans la tragédie par Gérôme en 1859, huile sur toile

De nombreux dessins de la comédienne par Edouard Baille, dans le rôle de Phèdre(Racine),   de jeanne d’Arc la pucelle (Jeanne d’Arc, Alexandre Soumet), dans Emilie (Cinna, Corneille), dans le rôle d’Esther(Esther , Racine) vers 1850, au crayon

Colliers et bracelets ayant appartenu Rachel milieu XIX eme métal doré et camées

Poignard porté par Rachel dans le rôle de Roxane (Bajazet de Racine),strass et pierres de couleur, velours, ce poignard est de style oriental un diadème pour Phèdre.

Bracelet de Rachel en 1850,  émaux,

Diadème porté par Rachel dans le rôle de Phèdre (Phèdre, Racine) en 1843

Buste de Mademoiselle Dangeville en Thalie vers 1760, en marbre de Jean-Baptiste Lemoyne.

Mademoiselle Clairon buste en marbre par Lemoyne en 1761.

Sarah Bernhardt née en 1844 à Paris, comédienne elle interprète les grands rôles du répertoire.

Des bijoux ayant appartenus à Sarah Bernhardt :

Broche de Sarah Bernhardt  de René Lalique 1896, or, émail et émeraudes, broche représentant les masques de la tragédie et de la comédie.

Une bague, double anneau avec feuilles ciselées, plaqué or,  cabochon  turquoise  

Sarah Bernhardt dans le rôle de la reine (Rhuys-Blas. Hugo) par Clairin en 1879, huile sur toile, une autre toile dans le rôle de Berthe(Le Sphinx, Octave Feuillet) en 1875  par Philippe Parrot.

comedie f costume

Mademoiselle Mars dans Betty, (la jeunesse d’Henri V, d’Alexandre Duval) par Nicolas Jacques 181O, huile et gouache sur ivoire.

Deux bustes de Bourdelle : Coquelin ainé et cadet en bronze en 1893

Julia Bartet par Emile Blanche pastel daté de 1889

Mounet-Sully, né en 1841, acteur tragédien interprète les grands rôles français, il rentre à la comédie française en 1872.

Mounet-Sully dans l’Arétin(le fils de l’Arétin Henri de Bornier ) vers 1895-1896 un autre dans Hamlet (Hamlet , Alexandre Dumas père) par Laurens , 1887

Edouard de Max : né en Roumanie en 1869 un des meilleurs acteurs de son époque joue avec Sarah Bernhardt

 Edouard de Max par Sacha Guitry vers 1910 à l’encre noire un autre par Jean Cocteau à la même période au crayon.


ACTE V

Molière mis  en scène, la construction du mythe


"Molière lisant Tartuffe chez Ninon de Lenclos" par Nicolas André Monsiau 1802, huile sur toile.

moliere lisant tartuffe

"Molière à la table de Louis XIV" par  Ingres 1857, huile sur toile.

" Les fourberies de Scapin " d’Achille et Eugène Devéria, vers 1831 aquarelle.

"Molière et les caractères de ses comédies", toile daté de 1857 par Edmond Geffroy, dans ce tableau on retrouve les personnages dessinés pour illustrer l’édition des œuvres de Molière en 1868 à Paris. Don de l’empereur Napoléon III aux comédiens français.

"La mort de Molière" par Pierre Antoine Augustin en 1806 huile sur toile.


La mise en scène des pièces de Molière :


Exposition d’un costume porté par Geneviève Casile pour le rôle de Mademoiselle Béjart dans l’impromptu de Versailles, Molière., sous robe en soie changeant en rose, bleu, galon or,  les pierres rubis et topaze. Robe en soie changeante bordeaux, corsage à grande pointe garni d’un galon or et pierreries, col dentelle noire et or, lingerie écrue engageantes dentelle. Par Louis Bercut.

Maquettes en volume : Les mises en scène de Molière au XX eme siècle :

Quelques grands noms

Suzanne Lalique, Louis Bercut ,  Xavier de Richemont, Jean Hugo, Paul Larthe, Claude Lemaire, Pierre Savignac et beaucoup d’autres…………….


Un tableau d’Edmond Geoffroy « les sociétaires en 1840’ il y a 27 sociétaires en costume de scène.

Louis Béroud « Les sociétaires en 1894 » triptyque composé de 28  sociétaires.


Pour terminer l’exposition, des portraits photographiques de la troupe en 2011 par Christophe Reynaud De Lage.

Quelques extraits du catalogue.


Magnifique  exposition qui nous transporte dans le monde du théâtre, la découverte de l’histoire de cette grande maison " la Comédie Française ", les œuvres, les auteurs, les comédiens.

Beaucoup d’émotion lors de la visite de la galerie des bustes, une atmosphère particulière s'y dégage.

Les peintres ont immortalisé les artistes dans leurs plus grands rôles, par l’intensité de la gestuelle, le rendu des visages, par les expressions dramatiques ou comiques, on y découvre aussi costumes et décors. Très bel hommage rendu aux comédiens.

Exposition à ne pas manquer,  jusqu’au 15 janvier au Petit Palais, Paris

A visiter également le centre national du costume de scène à Moulins, à partir du 28 janvier jusqu’au 20 mai 2012, une nouvelle exposition " l’envers du décor ".

Partager cet article

Repost 0
Published by Tinou - dans Exposition
commenter cet article

commentaires