Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 11:19

Phèdre et Psyché

Deux grands mythes littéraires sur la passion et la beauté. Phèdre issue de la tragédie d’Euripide,  premier texte qui dépeint l’amour au théâtre au V eme siècle avant JC et Psyché d’après Apulée écrivain latin d’origine Berbère né entre 1232-125 après JC, il invente les amours de Psyché ( synonyme d’âme chez les grecs) et de Cupidon, fils de Vénus, conte burlesque et pathétique sur la recherche de l’autre.


lifar

Phèdre : Serge Lifar

Phèdre ou la rayonnante, la brillante. Par sa mère, Pasiphaé, elle est la petite fille du soleil, par son père Minos, roi de Crète, elle est rattachée aux mondes infernaux. Porteuse d’un lourd héritage, elle doit à sa mère (qui connut des amours dépravées avec un taureau), le dérèglement des sens et l’intensité du désir. Ce feu qui brûle son corps lui vaudra d’être poursuivie par la déesse Vénus qui œuvre à la perte de sa famille. Elle épouse Thésée, fils d’Egée et 10 eme roi d’Athènes, elle lui donne deux fils : Démophon et Acamas. Thésée, avait déjà eu une première liaison avec Ariane, fille de Minos et sœur de Phèdre (qui l’aide à tuer leur demi-frère, le Minotaure) et une seconde avec Antiope, reine des Amazones, dont il eu un fils, Hippolyte. Au lendemain de son mariage avec Phèdre, Thésée se réfugie à Trézène, ville du Péloponnèse, après  la guerre menée contre les Amazones et le meurtre d’Antiope qui s’était opposée à son union. Hippolyte y vit déjà, où son père l’a envoyé demandé le trône de son aïeul Pitthe et où, excellent chasseur, il a fait ériger un temple en l’honneur de la déesse Artémis. Auteur de nombreuses campagnes héroïques, Thésée repart bientôt. Mais il est retenu prisonnier aux Enfers jusqu’à ce que hercule le délivre. A Trézène, on se désespère de son absence. Le bruit de cette disparition amène Hippolyte à oser déclarer son amour à Aricie, princesse athénienne de la famille des Pallantides, autrefois détrônée par Thésée. Phèdre, blessée de s’être découverte une rivale, voit son désespoir s’accroitre avec le retour inattendu de son époux. Sur les conseils de sa confidente Oenone, elle accuse Hippolyte d’avoir voulu la séduire. Thésée demande à Neptune de le venger et Hippolyte meurt, trainé par ses chevaux effrayés par un monstre. Prise de remords, Phèdre s’empoisonne et avoue la vérité à Thésée.

Le ballet est composé de 21 scènes ::

Phèdre refuse que les femmes l’ornent.

Elle voit, auprès  d’Oenone, Hippolyte sur son char.

Elle fuit devant les compagnons d’Hippolyte.

Aricie intimide les compagnons d’Hippolyte. Ils laissent Hippolyte seul avec elle.

Danse d’Aricie et Hippolyte.

On voit Phèdre avouer à Oenone son  amour pour Hippolyte

Déclaration de Phèdre vers Hippolyte. Elle n’est pas coupable puisque Thésée est mort.

On voit au loin le retour de Thésée.

Joie des matelots et des suivantes.

Joie, des compagnons d’Hippolyte.

Phèdre chasse Oenone.

Thésée retrouve son fils qui avoue son amour pour Aricie.

On voit oenone se précipiter dans la mer.

Thésée retrouve Phèdre, Phèdre apprend qu’elle a une rivale et accuse Hippolyte.

Thésée demande son aide à Neptune. Neptune parait. Les vagues envahissent la scène.

On voit Hippolyte mort trainé par ses chevaux.

Phèdre a bu le poison. Elle vient avouer son crime.

Elle tombe morte.

On voit Apollon qui a tiré sa flèche. A droite et à sa gauche. Minos et Pasiphaé.

Minos et Pasiphaé descendent sur le théâtre.

La mère recouvre sa fille avec son manteau rouge.

« Un mythe est un mythe parce que les poètes le reprennent et l’empêche de mourir.

Nul ne doit ignorer celui de Phèdre, petite fille du soleil.

Par la parole ou par la danse glorifions-le » Jean Cocteau

Musique de Georges Auric

Les décors et costumes de Jean Cocteau.

Les interprètes dans les rôles principaux : Marie-Agnès Gillot dans Phèdre, Stéphane Bullion dans Thésée, Sabrina Mallem dans Oenone, Yann Saiz dans Hippolyte, Marion Barbeau, Aricie.

Marie-Agnès Gillot dans le rôle de Phèdre elle est tragédienne et donne l’intensité nécessaire à l’interprétation du rôle.

Psyché : Alexei Ratmansky

Comme dans un comte de fée, il était une fois, dans un certain pays, un roi et une reine qui avaient trois filles, très belles toutes les trois.  Elle retrace les aventures de Psyché dont la beauté, si rare, attire les foules et suscite la jalousie de Vénus.

"La beauté de la cadette était si rare, si merveilleuse, qu’il y avait dans le langage humain disette de termes pour l’exprimer, ou même pour la louer dignement. Habitants du pays ou étrangers, que la curiosité de ce prodige attirait en foule, en perdaient l’esprit, dès qu’ils avaient contemplés cette beauté  incomparable : ils portaient la main droite à la bouche, en croisant l’index avec le pouce absolument dans la forme de l’adoration sacramentelle du culte de Vénus elle-même ".

 Craignant d’être détrônée, la déesse Vénus supplie son fils Cupidon de punir la jeune fille pour sa beauté. Mais Cupidon, tombe amoureux de Psyché. Le roi, désespéré de voir que personne n’ose épouser sa fille se rend à Delphes pour supplier Apollon. Mais l’oracle est catégorique : Psyché doit être abandonnée en habits de noces sur un rocher, où son futur époux, un monstre ailé et cruel qui déchire les cœurs et tout ce qui respire, viendra la chercher. Les parents de Psyché, éplorés, sont contraints d’abandonner leur fille à son funeste sort. La jeune femme s’attend à périr lorsque le vent Zéphyr l’emporte vers un riche palais caché dans une vallée enchantée, où chaque nuit Cupidon lui rend visite dans l’ombre en lui recommandant de ne point chercher à découvrir son visage. Poussée par la jalousie de ses sœurs et par sa propre curiosité, elle finit par désobéir. Mais une goutte d’huile, échappée de la lampe, brûle son amant alors qu’elle le contemple. Aussitôt Cupidon s’envole, fâché de cette trahison, et le palais s’évanouit. La jeune femme enceinte et folle de chagrin se jette dans la rivière. Celle-ci, compatissante, la dépose sur la berge où se trouve  le dieu Pan.   Ce dernier lui conseille de reconquérir le cœur de son amant. Psyché cherche Cupidon,  mais en vain. Elle parvient au palais de Vénus, où la déesse, irritée de cette aventure avec son fils, la soumet, telle une esclave, à d’impossibles épreuves. Psyché les surmonte toutes, mais sa curiosité la perd une nouvelle fois. Elle tombe dans un sommeil mortel après avoir ouvert un flacon interdit contenant une parcelle de la beauté de Perséphone avec laquelle elle pensait reconquérir Cupidon. Ce dernier, toujours très amoureux, s’échappe du palais où sa mère l’avait enfermé, ranime Psyché et vole avec elle vers l’Olympe pour plaider leur cause auprès de son père Jupiter, le roi des dieux. Celui-ci se souvenant de ses propres passions, manifeste à l’égard de son fils une bienveillante indulgence. Le mariage de Cupidon et de Psyché, devenue immortelle, est célébré devant tous les dieux. Peu après, la jeune femme donne naissance à une fille, nommée Volupté.

Ce ballet est composé en trois parties :

Le sommeil de Psyché et Psyché enlevée par les Zéphyrs

Les jardins d’Eros

Le châtiment.

Musique de César Franck

Décors Karen Kilimnik

Costumes Adeline André

Les interprètes pour cette soirée Claire-Marie Osta : Psyché, Mathieu Ganio : Eros, Alice Renavand : Vénus, les deux sœurs : Caroline Bance, Christelle Granier, les quatre Zéphyrs : Mallory Gaudion, Daniel Stokes, Simon Vallestro, Adrien Couvez.

Textes issus du programme de la soirée

Ce ballet rappel un comte pour enfant, par les décors, les costumes, Alice Renavand  interprète  une très belle Vénus. Claire-Marie Osta interprète ce rôle avec beaucoup de finesse, de sensibilité, le duo  avec Mathieu Ganio  dans le rôle d’Eros forme une très belle  harmonie.

Très belle interprétation des artistes sans oublier le corps de ballet.

Au palais Garnier à Paris jusqu’au 6 octobre

Partager cet article

Repost 0
Published by Tinou - dans Spectacles
commenter cet article

commentaires