Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 15:39

La ville de Venise est découpée en 6 quartiers historiques :

Sur la rive gauche du grand canal : Le quartier San Marco, de Cannaregio, et de Castello.

Sur l’autre rive : Le quartier Dorsoduro, de Santa Croce et San Polo

Le grand canal est en forme  de S inversé, il traverse le centre historique de Venise.

La ville est parcourue par 177 canaux dont le plus important est le grand canal, 455 ponts arqués pour laisser passer les bateaux , 118 iles dont les plus célèbres, le Lido,  Murano, Burano, Torcello, San Michele (cimetière de la ville), San Erasmo, La Vignole, Certosa, San Francesco del Deserto, San Giacomo in Paludo, San servolo,  San lazzaro degli Armeni , Giudecca, Mazzorbo. 84 églises.

Dans le quartier San Marco :

La place San Marco et sa basilique du même nom sont le centre de la cité de Venise. Elle fut un centre religieux, politique et économique.

La Basilique construite en 828, reconstruite après l’incendie qui ravagea le palais ducal en 976, elle est depuis 1807, la cathédrale du patriarche de Venise.

Le Palais des Doges (ou Ducale), palais de style gothique situé sur la place San Marco, il fut la résidence principale du Doge de la République Venise et le lieu des représentations majeures. Il borde l’entrée du Grand Canal

Le campanile de San Marco , tour campanaire d’une hauteur de 98,6 de haut. Situé  sur la place San Marco proche de la basilique. Ce campanile est en brique au-dessus de laquelle se trouvent 5 cloches. Le haut est surmonté d’un cube on peut y voir sur les faces des lions et des allégories féminines de Venise. La tour est  surmontée d’une pyramidale avec une girouette en or sous la forme de l’ange gabriel.

Les quartiers Santa Croce et  San Polo  : doivent leur nom à deux églises.

Le quartier Dorsoduro,  se nomme ainsi en raison de l’altitude de Sestieres (subdivision que l’on retrouve dans certaines villes d’Italie, dont Venise) c’est le quartier le plus élevé de la ville.

 Le campo Santa Margharita  sur la grande place est le centre de ce quartier, lieu d’un grand marché, de nombreux musées dans ce quartier dont l’Académia, des églises San Sébastiano, Santa Maria della Salute. Le Palais Ca’Rezzonico , la Scuola Grande Dei Carmini dont le salon est peint par Tiepolo

Le quartier Cannaregio, occupe toute la partie de la ville allant du Rialto à la gare. Nommé ainsi par rapport au caractère rectiligne des canaux  qui le parcourent.

Rialto : l’un des 4 ponts qui traversent le grand canal, il est le plus ancien et le plus célèbre de la cité. Jusqu’au XIX eme siècle il était  l’unique liaison entre les deux parties de la ville, reliant les siestéri de San Polo et de San Marco. Aujourd’hui des boutiques sont installées sur le pont.

Le quartier Castello, recouvre toute la partie sud-est de Venise. Son nom serait lié à la présence légendaire d’un château ou bien encore à la Curie Patriarcale qui se trouvait dans ce lieu.

C’est le quartier ou se trouve l’arsenal, l’Eglise Santi Govanni e Paolo située sur le campo ou se dresse la statue équestre de Bartoloméo de Colleonia et l’Eglise San Francisco della Vigna deuxième grande église franciscaine de Venise, deux cloitres se trouvent dans le monastère.

 

Venise au XVII eme  et XVIII siècle :

Venise mène la guerre contre les turcs, qui lui prennent Chypre, ensuite la Crète. Le déclin de Venise s’amorce au XVII eme siècle.

Au XVIII eme siècle, Bonaparte envahi la Vénétie (1796-97), puis abandonne la cité des Doges à l’Autriche. L’année suivante c’est le traité de Campoformio (fin de la guerre franco-autrichienne, le 18 octobre 1797).

Le XVIII eme siècle période florissante pour l’art vénitien, après un grand effacement au XVII eme . Une grande artiste femme, lance le pastel à Venise, il s’agit de Rosalba Carrièra, sa technique est transmise dans toute l’Europe, Tiepolo se fait remarquer par ses ciels splendides et la vivacité de son pinceau. Venise devenue incontournable dans le grand tour, attire les touristes avec les Vedute, dont les spécialistes sont : Canaletto, et ses suiveurs, son neveu Bellotto et Francesco Guardi.

 Le paysage peint devient un véritable engouement, il repose de plus en plus sur des études rapides à l’huile, ce qui va détrôner les vedutistes et leurs tableaux  très bien construits en passant par des dessins réalisés à la chambre noire ou Camera obscura. L’ère de la photographie est proche. 

 

Canaletto (Antonio Canal)  nait à Venise en 1697. Fils du peintre de théâtre Bernardo Canal et d’Artémisia Barbieri. La famille est aisée.

Antonio fait  ses premiers pas en 1716, en travaillant avec son père et son frère, au décor des scènes des théâtres  San Angelo et San Cassiano de Venise.

Fin 1718, Bernardo Canal et son fils Antonio partent pour Rome.

1719-20, Avec son père il réalise les décors pour les opéras "Tito Sempronio Gracco " et "Turno Aricino " de Scarlatti, mis en scène au théâtre Capranica de Rome (l’un des plus prestigieux théâtres, il fut construit  fin XVII eme siècle), cela pendant le carnaval en 1720. La même année, il dessine "l’arc de Constantin" (première œuvre datée de l’artiste), elle fait partie de la série de 23 vedute des monuments romains. Canaletto s’inscrit à la Fraglia des peintres vénitiens.

1725, Il reçoit une avance, pour la commande des deux premières vedute pour Stefano Conti (neveu du Pape Innocent III). A l’occasion de la fête de San Rocco, Canaletto expose "Le campo Santi Giovanni ", le tableau est acheté par comte Giambattista Colloredo, ambassadeur impérial, qui par la suite, va lui en commander un autre. Il travaille également à deux peintures pour l’ambassadeur de France, le comte Languet de Gergy. Deux autres vedute sont commandées par Stefano Conti.

1726, Canaletto reçoit un courrier de l’impresario irlandais du duc de Richmond, Owen McSwiny ,  à propos de la série de 24 toiles qui célèbrent des personnages illustres anglais, destinée à la salle à manger du gentilhomme. Parmi celles-ci : "Le tombeau de lord Somers " et  " Le tombeau de l’archevêque Tillotson " exécutées en collaboration avec les peintres Cimaroli (1686-1771, peintre italien de la fin du baroque),  Pittoni  (1687-1767, peintre italien rococo) et Piazzetta (1683-1754, peintre italien de l’école vénitienne).

Canaletto reçoit une autre commande en juin 1726 "L’entrée au palais Ducale, de l’ambassadeur de France, comte Languet de Gergy ", qui aura lieu le 5 novembre 1726

1728, Il peint " Le grand canal, vu du palazzo Balbi "

1730, Il peint un pendant pour le tableau de Samuel Hill "La riva degli Schiavoni "  et le "Palazzo Ducale et le Môle ", "La bibliothèque et la basilique de la Salute ". Deux peintures sont destinées à Hugh Howard, futur comte de Wicklow, il s’agit : " du grand canal du pont du Rialto au Palazzo Foscari " et " L’entrée du grand canal avec la douane"  et "Santa Maria  della Salute ".

1732, Canaletto entreprend la série de 24 vedute de Venise pour le duc de Bedfort, achevées en 1736.

1735, édition des quatorze eaux-fortes gravées par Antonio Viscontini d’après les peintures de Canaletto de la collection Joseph Smith

1738, Henry Howard, quatrième comte de Carlisle visite Venise et commande à l’artiste " le bassin de San Marco".

1739, un acte notarié d’émancipation de Canaletto de son père Bernardo

1741, "Vedute fantastique de Venise " datée de 1741  qui  fait partie de  la série des 34 eaux-fortes, "Vedute altre prese da i luoghi altre ideate", dédiée à Joseph Smith après que celui-ci en 1744, eut été nommé Consul britannique à Venise.

1742, Canaletto exécute cinq peintures pour Smith avec des sujets romains. Une seconde édition "d’Urbis Venetiarum Prospectus celebriores" publié par Pascali, enrichie de 24 nouvelles gravures de Visentini, extraites de vedute de Canaletto.

1743, Canaletto peint "Piazzetta vers la tour de l’horloge " et "Le môle avec le Palazzo Ducale ".

1744, Décès de son père. Il peint une série de Capricci parmi lesquels figurent "Capriccio avec la Scala des Giganti " et "Capriccio avec la Libreria de San Marco", qui font partie de la série des 13 peintures pour le dessus de porte de la villa de Smith à Mogliano.

1746, L’artiste part pour l’Angleterre, il s’installe à Londres. Dans une lettre au duc de Richmond, Thomas Hill fait mention d’une Veduta de la Tamise à Richmond House.

1747, Il termine une Veduta de "Windsor Castle" pour sir  Hugh Smithson, futur premier duc de Northumberland.

1749, Etant accusé de ne pas être le vrai  Canaletto, il fait publier une annonce dans le journal "Daily Advertiser", il invite à visiter son atelier de Silver street pour décourager ceux qui l’accuse.

1750, retour de Canaletto à Venise pour quelques mois.

1755-56, Canaletto est rentré définitivement à Venise

1762, Vente d’une partie de la collection de Joseph Smith au roi George III.

1763, L’Académia di Peintura   di  Scultura de Venise refuse la candidature de l’artiste en janvier, il est accepté en septembre de la même année.

1765, il peint sa pièce de réception à l’Académia di Pittura e di Scultura, "Capriccio avec colonne et cour", toujours dans ses collections.

1766, Il signe le dessin "chanteurs dans la basilique de  San Marco " exécuté  à l’âge de 68 ans

1767, Il assiste pour la dernière fois à l’Académia. Il décède dans sa maison de Corte Perina , il est enterré dans l’église de San Lio

 

Sa période vénitienne :

Canaletto rentre de Rome fin 1721.

De 1722 à 1745, sa peinture est prolifique,  il peint 900 œuvres. L’artiste est connu pour ses grandes vues des canaux de Venise, sa ville d’origine, qu’il montre aux touristes européens qui font le grand tour.

Le grand tour, était un long voyage effectué par les jeunes gens des  hautes classes de la  société européennes, en particuliers allemands et anglais, cela à partir du XVII eme, et surtout au XVIII eme , destiné à parfaire leur éducation , après les études ou pendant. Les destinations principales étaient : la France,les Pays-Bas, Suisse, Allemagne, Italie plus tard la Grèce et l’Asie Mineure . Ces voyages duraient bien souvent un an accompagné d’un tuteur, cela était une pratique normale, nécessaire à une bonne éducation. Ce grand tour continua au XIX eme siècle, il fut l’apanage des amateurs d’art, collectionneurs, écrivains tel qu’Alexandre Dumas, Goethe. Ce grand tour avait pour effet de mettre en contact la haute société de l’Europe du nord avec l’art antique et aida le Palladianisme et le néoclassicisme. Lors de ces voyages les jeunes gens achetaient des œuvres d’art, des antiquités, ils visitaient la Rome antique, puis Pompéi et Herculanum, sites récemment redécouverts. Une autre étape importante était la réalisation lors d’un séjour prolongé à Rome d’un portrait par l’un des peintres en vue du moment. Canaletto, Piranèse et bien d’autres  bénéficièrent  de cette clientèle.

Dès 1722, Canaletto reproduit des lieux plus ou moins connus de sa ville, de ses festivités, de sa luminosité.

Les œuvres de l'artiste créent un accord entre la représentation du paysage  architectural et l’atmosphère, cela grâce à une étude toute particulière de la lumière. Fortement influencé par le siècle des lumières (mouvement philosophique culturel et scientifique  d’intellectuels dans les pays de culture européenne au XVIII eme siècle, dont le but était de réformer la société et de faire progresser les connaissances et en encourageant la science et l’échange intellectuel, en s’opposant à la superstition, l’intolérance et aux abus de l’église, et de l’état). Canaletto adopte une technique scientifique de la peinture. L’artiste à son époque, utilise une approche très systématique dans la réalisation de ses œuvres, afin de reproduire parfaitement la perspective faisant usage, dans ce but, de la chambre obscure.

Un certain nombre de ses œuvres ont étés peintes sur le vif, ou bien dans son atelier, ou sur chevalet au bord des canaux et aussi à bord d’une gondole aménagée en atelier.

Vedute : Ce sont les paysages urbains du XVIII eme siècle. C’est un genre pictural qui prospère en Italie au XVIII eme siècle, surtout à Venise. L’artiste met en scène une vue extérieure, cela présente des recherches spatiales. La pratique de la perspective est très utilisée dans les Vedute.

Ce thème apparaît dans l’histoire de l’art au XVII eme siècle. Ce sont les  peintres italiens, Canaletto, Guardi et Bellotto les plus représentatifs du genre, ils s’aidaient d’un dispositif optique , la camera obscura, placée à l’intérieur de la scène d’un tableau pour préparer leurs cadrages ouvrant la perception optique de la réalité sur un paysage naturel ou suburbain. Ces peintures en général sont de grands formats, elles sont réalisées avec précision et réalisme de détails.

Les capricci   sont des éléments fantastiques et architecturaux, ils s’opposent aux  vedute .Chez Canaletto la touche est libre, la lumière vive, bien souvent de petits personnages ou macchietta apparaissent dans les Capricci.  


Cette exposition est une promenade dans Venise.

Le premier tableau représente " un  portrait de l’artiste ", de l’école de Venise du XVIII eme siècle ou peut-être un autoportrait ?


"La basilique de la Salute et la douane vues du palais Cornaro " 1725-30, grande maitrise de l’équilibre des volumes et de la perspective  (résultat de la formation de l’artiste auprès de son père).


canaletto la basilique de la salute et la douane vues du

 

" Le rio des mendiants "1723, sur la gauche on aperçoit la façade de l’église San Lazzaro dei Mendicanti (ou mendiant), elle a donné son nom au canal.


 "La basilique San Marco  et le campo San Basso" vers 1722,  l’artiste représente sur la place,  quelques tentes, des étals probablement un jour de marché.


Fils de Bernardo, peintre de théâtre, Canaletto fait ses premiers pas avec son père, il fait de très beaux dessins pour les mises en scènes. De 1718 à 1720, Canaletto continue de collaborer comme scénographe avec son père dans différents lieux prestigieux tel que le célèbre théâtre Capranica .

" La commedia dell’Arte sur la Piazzetta San  Marco"  1720-23, un théâtre organisé sur la place San Marco, les acteurs sont sur scène, le public devant regarde le spectacle debout, c’est un des aspects de la vie populaire de la cité (l’artiste a sûrement voulu faire un clin d’œil à son expérience théâtrale).

canaletto comedia del arte

 

"Le pont du Rialto vu d’Amont", vers 1730,

La veduta vénitienne un regard russe :

Canaletto et les collections russes :

Son art était bien connu en Russie, si bien que le comte Kirill Razumovsky eu l’idée un jour d’immortaliser par un artiste vénitien des vues de la capitale russe, les peintres russes ont étudié sa peinture.

La première œuvre de Canaletto connue en Russie, c’est un tableau lié à la France et à son histoire. »La réception de l’ambassadeur de France au Palazzio Ducale, le 4 novembre 1726. Ce tableau fut acquis pour l’impératrice Catherine II chez un antiquaire  parisien .

 Quelques vedute venues des collections russes sont présentées :


" Iles vues de la lagune nord, vue de San Pietro in Castello " 1724-25,

"Iles vues de la lagune nord, vue de San Pietro in Castello et de l’Arsenal "     1724-25

"Les iles San Cristoforo, San Michele, Murano vues des Fondamenta Nuove" 1724-25

Il s’agit de toiles de jeunesse de l’artiste, il explore pour la première fois des œuvres en dehors du cœur de la ville, les iles de la lagune dégagent la sérénité.

"L’église de San Giovani de Batturi à Murano et Venise dans le lointain" 1724-25, l’artiste montre l’église  vue depuis le couvent San Giacomo, situé sur la rive opposée du canal  grande di Murano.


canaletto eglise san giovani murano

 

"Vue d’une ile de la lagune avec un pont " 1730-40, dans cette œuvre l’atmosphère y est comme suspendue presque celle d’un enchantement magique dans sa luminosité diffuse, que l’on retrouve dans des peintures s’appartenant à cette œuvre, cette œuvre fut commencée juste avant le départ de l’artiste pour Londres.

 

"Isola della Lagune"


Canaletto et sa technique :

Son Carnet, objet  unique dans l’histoire de l’art du XVIII eme siècle conservé  à Venise. Ce Carnet est relié et authentifié en 1840, ce sont des dessins préparatoires accompagnés d’informations et observations qu’il utilise au moment de la transposition en peinture, ils témoignent de la genèse de sa pensée et illustrant de la façon à laquelle il aborde les œuvres. Il parcourt la ville souvent en barque et emporte un ou deux carnets ainsi que sa chambre optique, il effectue des croquis des grands palais au bord du grand canal et le bassin de San Marco.

Les tracés du Carnet constituent la mémoire graphique de Canaletto, l’enregistrement des séquences de données objectives, effectué sans aucune médiation de l’interprétation, en reproduisant le contour des édifices que la lumière, reflété par le miroir disposé au sommet de la chambre optique, renvoie à l’intérieur de l’instrument.

Présentation du Carnet et de quelques dessins :

Montage de feuilles du Carnet " le grand canal vu du palazzo ", "Corner-Spinelli vers le Rialto "

 

canaetto carnet

Un exemple de dessins :

"Scuola grande San Marco"  (recto) et "Façade de l’église San Giovanni e Paolo"  (verso), 1739, cette feuille appartient à un ensemble de 7 dessins, à la plume et encre brune, pierre noire, sur le verso, papier blanc

 

La chambre optique :

Elle joue un rôle central dans son œuvre, après avoir choisit le point de vue de la scène qu’il souhaite représenté il enregistre un  panorama à 90 degrés, en faisant tourner l’axe visuel édifice par édifice en commençant par les éléments les plus proches.

Les radiographies sont l’âme des techniques non invasives les plus utiles et riches en informations.

Quelques unes en exposition :

"Une vue de Venise à vol d’oiseau ", par Francesco Guardi, on aperçoit la résidence de Canaletto non loin du pont du Rialto  en 1740


" Régate sur le grand canal à la hauteur de l’ambassade de France, Palazzo Mocenigo della Trezza" 1791 par Francesco Guardi, l’artiste à montré l’extrémité du grand canal,  c’est le jour des régates, cette fête remonte au XIII eme siècle, ce sont des courses nautiques auxquelles s’ajoute un cortège historique. Le Palazzo Mocenigo della Trezza, était l’ambassade de France au XVIII eme siècle.


 l’exposition se poursuit avec les Vedute :


Les Vedute, sont à leur apogée, l’artiste revenu à Venise s’y consacre, tout en retournant aux Capricci  ainsi qu’il l’avait fait en Angleterre.  

 

"Le grand Canal vu du campo San vio,vers la basilique de la Salute", 1723, ce tableau montre le grand canal en direction de la Piazza San Marco, sur la gauche on y voit le palais Corner della Ca’ Grande, (ou château Renaissance), sur le droite le palais Barbarigo , connu pour ses fresques extérieures de Camillo Ballini, il donne sur le campo San Vio, au premier plan une embarcation  de dimension importante , des personnages animent la scène, pris dans leurs activités quotidiennes. Ci-dessous

canaletto le grand canal vu du campo san vio et salute


" Le grand canal vu du palais Balbi " 1726-28


"Le grand canal vu du pont du Rialto vu depuis Ca, Foscari" 1733-35,, cette œuvre est exécutée du pont du Rialto, vers le sud, l’accent est mis sur la riva del Carbon très animée, dont les marches descendent dans l’eau. Sur la gauche on y voit les palais Manin (réalisé en 1536, à l’origine palais du procureur de Saint Marc) et Grimani di San Luca (palais de la Renaissance) et au fond la Ca’ Foscari (palais de style gothique), sur la droite de nombreuses gondoles amarrées, au premier plan, deux grosses barcasses à voile. Au long de la Riva de nombreuses boutiques, ou se négocient de nombreuses marchandises que fréquentes un certain nombre de personnages, le lieu semble populaire.


"Le grand Canal et Le pont du Rialto vu du sud" 1733, 35, le pont et le palais Camerlenghi (palais du XVI eme siècle) magnifiquement décrits, autour tout est décrit avec beaucoup de minutie, de nombreux personnages, au premier plan on les distinguent par la couleur de leurs vêtements et les gestes de la vie quotidienne (leur petite taille est suggérée par des petites   touches du pinceau, formant des groupes colorés).

canaletto pont du rialto vu du sud


"Vue de la basilique de la Salute" 1755-65, cette église a été construite pour remercier la Vierge d’avoir mis fin à  l’épidémie de peste, qui avait ravagé la ville en 1630, l’architecte Baldasarre Longhena, a créé la Salute dans un style baroque vénitien. Canaletto représente l’église seule,  la lumière est nacrée et fait ressortir les détails de l’architecture, la scène est animée par une foule de personnages.


"L’entrée du grand canal et la basilique de la Salute "1740, l’artiste a choisit son point de vue à l’entrée du grand canal vers le bassin San Marco, c’est une des conceptions les plus scénographique de Canaletto, elle lui permet de construire  une vaste ouverture spatiale en utilisant, sur la droite le temple de Longhena, dans la blancheur des pierres d’Istries,  où lumière et ombre se faufilent dans les méandres de ses plis baroques.


"Le grand canal vu du pont Rialto vers CA’ Foscari " 1733-35, on reconnaît le Palais Balbi (famille patricienne de Venise, famille originaire de Rome) sur la gauche du tableau, de l’autre coté du grand Canal on voit le Palais Erizzo, ( famille patricienne de Venise, originaire d’Istrie, Francisco fut Doge en 1631) le Palais Contarini, il date du XV eme siècle, il possède un magnifique escalier extérieur en colimaçon avec de multiples arches, puis les quatre Palais Mocenigo, ( famille noble de Venise qui a donné plusieurs Doges, hommes politiques, diplomates, soldats, écrivains et membres du clergé) constitués de deux palais jumelés entourés de la Ca’Becchia puis de la Ca’Nuova, au fond le pont du Rialto


" L’église San Geremia et l’entrée du rio Cannaregio" 1735-42, l’artiste a mis en évidence le Ponte delle Guglie (obélisques) nommé ainsi en raison des 4 petits obélisques qui ornent l’extérieur des parapets, le Palais Labia situé à gauche, derrière le campanile de l’église San Geremia, des barques avec des personnages  vaquant à leurs occupations animent la scène , le pont est en second plan dans l’ombre ainsi que les maisons du ghetto derrière le pont qui marque la séparation avec les palais étincelants au premier plan.

 

" Le rio du Cannarégio " 1745-50, artère essentielle  pour la navigation en ville, pour atteindre les iles et la partie nord de la lagune, on peut voir sur la droite du tableau les palais Emo et Quirini montrant  les armes de la famille, à gauche sur la toile le palais Labia au coin du grand canal et du canal Cannaragio, ce palais est orné de beaux-chefs d’œuvres de Tiepolo, c’est dans ce lieu que Charles de Beistegui a donné un grand bal en 1951.

Le canal de Cannarégio était essentiel pour la navigation à Venise, il relie le grand canal et le nord de la lagune ou se trouvent les iles Erasmos, San Michele, Murano.

 

"Le pont de Tre Archi sur le rio Cannaregio " 1740-45, le pont dit de San Giobbe au centre du canal, à gauche sur le tableau, le palais Testa, quelques maisons dont la Casa Amadi (XVI eme siècle), sur la partie droite, le palais (baroque) Surian Bellotto, une autre suite de maisons et le palais Nani.

 

" Le grand canal entre les églises Santa Croce et San Géremia "1730, on aperçoit sur la gauche, l’église et  le couvent du corpus Domini (démoli en 1815), la Scuola dei Nobili et l’église Santa Lucia, détruite en 1860. l’église  des Scalzi (elle est l’un des plus beau sanctuaire baroque) , la seule qui ait survécu, le palais Calbo-Grotta et la Fondamenta dei Dabbioni. A droite le campanile de San Geremia, plus près, la coupole de San Simeon Piccolo et le quai de même nom, le pont de Tolentini et l’église du couvent  de la Croce démolis en 1860.

Chiesa del Redentore fut élevée à la suite de la peste en 1575-76, chef d’œuvre de Palladio l’un des architectes les plus illustre de Venise. La grande fête du Rédempteur se déroule tous les ans le 3eme dimanche de juillet. (Il y eu 50 000 morts à Venise en deux ans,  Le Titien fut victime de la peste).

" Chiesa del  Redentore " tableau  daté de 1745


 Des fêtes de nuit sont organisées en l’église San Pietro di Castello en 1745. Lieu de réjouissances célébrations, outre le carnaval n’était que procession, jeux et divertissements. Au XVIII eme siècle la fête  était permanente Le Doge fêtait les noces de la cité avec la mer, le jour de l’Ascension, de nombreuses régates animaient les canaux.

" La fête de nuit à l’église San Pietro di Castello "vers 1745

" Caprices avec le pont du Rialto d’après le projet de Palladio, la basilique San Marco et le palais Chiéricati à Vicence" vers 1745, cette œuvre est présentée comme un manifeste du capriccio (lequel consiste à prendre un lieu réel et l’orner de magnifiques édifices  venant d’ici et là ou bien de l’imaginaire). Ainsi l’artiste pouvait s’accorder aux goûts de ses clients qui faisaient le grand tour.


Quelques Dessins, gravures et peintures :

"Les portes de Dolo" 1763, traces de sanguines, plume et encre brune sur papier blanc

"Les portes de Dolo "1763 en eaux fortes

"L’église du Dolo "1763, l’artiste montre l’écluse (1625), elle était située au point des deux bras du fleuve Brenta qui enfermait l’ile du mauvais temps, ile souvent inondée, du fait de sa position géographique. Ce point était très important pour la navigation, c’était le lieu  ou l’on payait les taxes des marchandises.  

 

canaletto arsenal

Entre 1740 et 1744, Canaletto grave une série de 34 Vedute

4 eaux fortes présentées sous verre :

"La terrasse"- "Paysage avec pèlerin en prière"- "monument équestre" -"les procurations Nuevo" et "San Zimimari" 1733

Autres eaux-fortes

"La Piera del Bando", "les prisons", "Marché sur le môle", "la Libreria"1733

"Mestre con forte" 1733

"La tour de Malghera" 1756, aujourd’hui porte Marghera, elle fut détruite au XIX eme siècle. Elle datait du XV eme siècle. C’est la seule œuvre de ce genre peinte par l’artiste

"Eau forte" 1735


Canaletto et les collections anglaises :

En 1726, un aventurier irlandais, Owen McSwiny, présente Canaletto au second duc de Richmond, collectionneur anglais. Séduit par les paysages lui achète des toiles.

Joseph Smith, marchand britannique lui commande une série de 24 vedute pour le duc de Bedford, 21 toiles pour le duc de Grenville, lui-même en achète qu’il revendra au roi George III en 1769

L’artiste   achève  les 24 vedute  en 1736.

Canaletto s’installe à Londres en 1749, et a continué de peindre la lagune.

" La piazza San Marco vers la basilique "  1745, Le goût de Canaletto pour la perspective est plus assuré et la couleur, plus claire, elle joue un rôle essentiel dans l’organisation de la veduta pour elle-même.

 canaletto la piazza san marco vers la baslique

"La piazzetta vers le môle "1740-45, la lumière du matin projette des ombres auprès des personnages et architectures, le lion ailé de Saint Marc, vu de dos semble prêt à sauter de la colonne ou il est juché. Au premier plan, des gens parlent, des bateaux envahissent la lagune. Le rouge des bonnets des personnages guident le regard, a travers la galerie ajourée du Palazzo Ducale, jusqu’au palais sur la Riva degli Schiavoni



"La pointe de la douane" 1740-45, l’artiste représente  la douane vue d’une gondole, un homme est adossé à une colonne du portique, il observe deux hommes entrain de converser, le taud rouge et or  protège une barque il ondule sur un support oblique qui tranche avec les verticales : mats, colonnes, flèche de l’église du Redentore.

La facture de ces deux œuvres se rapproche d’une peinture en plein air, par son style et sa spontanéité.

 

canaletto la pointe de la douane

 

"Le môle vu du bassin de San Marco" 1740-45, au premier plan deux barques, l’une avec des personnages, l’autre transporte un tonneau , on aperçoit à l’extrême droite l’arrière d’une autre barque, sur le quai en face, des gondoles sont amarrées couvertes et des barcasses dont les mâts reprennent la verticalité de la colonne saint Marc, au fond on voit les monuments de la place saint Marc, la tour de l’horloge, la basilique, à l’avant c’est le palais ducale qui domine, décrit d‘une manière réaliste, ici la lumière est dorée, ce qui permet de rehausser les tons chauds.

 

 

"La piazza San Marco, avec la basilique et l’église San Geminiano " 1740-42, perspective hardie choisie par l’artiste, cela donne la possibilité d’embraser  comme dans un  grand angle très accentué, l’ensemble de la piazza San Marco  depuis le campo Basso, jusqu’à son extrême limite, la façade de San Geminiano. Cette église rebâtie au XII eme siècle, puis à nouveau vers le XVI eme siècle, et abattue sous l’ordre de Napoléon, pour laisser l’aile portant son nom, qui abritait les pièces de réceptions des appartements royaux, dont une grande salle de bal , aujourd’hui vestibule du Musée Correr (il doit son nom à Téodoro  Correr 1750-1830, magnat descendant d’une des plus ancienne famille vénitienne).

 

"Vue de la piazza San Marco vers la basilique et le Palazzio ducale avec la Loggetta sur la droite " vers 1755.


"L’escalier des géants au palais Ducale "1755, la composition est rigoureuse, le regard est attiré par l’escalier des Géants, édifié entre 1483 et 1491, il doit son nom grâce aux statues de Sansovino représentant Mars et Neptune installées à son somment en 1566, il se dessine au-delà de la pénombre du porche Foscari, au sommet duquel les doges recevaient le  bonnet symbolisant leur charge.

La maturité du style :

Tout au long de son parcours, l’artiste n’aura cessé de conquérir la lumière éclatante et intense de Venise. Réalisme de cette cité de pierres, d’eau, d’hommes, nul n’a su peindre avec plus de luminosité, ces atmosphères limpides et cristallines.

 La Piazza San Marco : elle est le cœur de la vie vénitienne.

Blason saint Michel début XVII eme , manufacture vénitienne, bois taillé , peint avec dorures

"Le bassin vu de la riva Degli Schiavoni vers  la basilique San Marco "  1726-28, de nombreuses embarcations sur le grand canal, des personnages sur le quai semblent observer l’activité sur le canal, des personnages vêtus de rouge amène le regard sur la façade du palais ducale, les prisons, le Palais Dandolo hérissé de cheminées et tout le reste de la rive jusqu’au quartier du Castello, au premier plan sur la gauche ,l’artiste a représenté la colonne surmontée  du lion de Saint Marc, il est devant la façade  ouest du palais Ducale .

 

canaletto lariva degli schiavoni

 

" La piazza vers la tour de l’horloge "1727-28, l’artiste a mis l’accent sur la profondeur de champ et  la concentration chromatique. Les lignes horizontales et verticales donnent l’équilibre.

"La piazetta vers la basilique de la Salute " 1723


 

" L’entrée du grand canal vu de la piazzetta "1730, dans cette œuvre Canaletto embrase la bibliothèque Marciana, la Zecca, les granai (greniers publics), l’ancien Fonteghetto della farina (bâtiment officiel chargé de gérer des greniers, il a accueilli l’Académie de peinture et de sculpture dans la seconde moitié du XVIII eme siècle), sur l’autre rive du grand canal, la Douane et la basilique de la Salute. Ci-dessous.


canaletto entree du gd canal vu de la piazzetta

 

" La riva degli Schiavari et le Palazzio ducale " 1730


" Place San Marco vers la basilique "1735-38, ici, Canaletto réussit à suggérer une impression diffuse de sérénité, une luminosité douce exprimée par une texture chromatique limpide  et de légères touches de pinceau.

canaletto piazetta san marco avec la basilique 1735

 

Quelques extraits du catalogue de l’exposition.

Exposition à voir absolument, magnifique promenade dans la Venise du XVIII eme siècle. Jusqu’en février au Musée Maillol à Paris

 

 

 

  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tinou - dans Exposition
commenter cet article

commentaires